top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurOstéopathe île de Nantes

L'ostéopathie dans le traitement de l'endométriose



Quels sont les bienfaits de l’ostéopathie dans la prise en charge de l’endométriose ?

L'endométriose est une maladie gynécologique complexe qui se manifeste par de nombreux symptômes pouvant être très invalidants. Parmi ces symptômes, on retrouve surtout la douleur (douleurs pendant les règles, pendant les rapports, douleurs pelviennes…) mais aussi un certain nombre de symptômes divers et variés tels qu'une difficulté à uriner ou une défécation douloureuse. Ces douleurs, ainsi que les symptômes de l'endométriose en général, peuvent être améliorés par l'ostéopathie ? L'action mécanique de l’ostéopathie dans le traitement de l'endométriose En relâchant les tensions mécaniques et posturales au niveau du bassin, des lombaires, et de la zone abdomino-pelvienne, l’ostéopathe va permettre de diminuer la contrainte perçue par les tissus au niveau de cette zone. L’avantage lorsque les tissus sont plus souples, c’est qu’ils sont capables notamment d’accepter plus de contraintes lors de l’inflammation due aux règles par exemple. Si les structures impliquées sont déjà en tension avant que l’inflammation soit maximale, elle sera d’autant plus importante et les douleurs d’autant plus invalidantes. Pour cela l’ostéopathe manipulera principalement, chez une femme atteinte d’endométriose : - la sphère gynécologique et pelvienne - la sphère abdominale - les lombaires et le bassin. Il s’assurera que toutes les structures osseuses, musculaires, ligamentaires et fasciales soient libres, ainsi que les organes pelviens et abdominaux. Il effectuera ainsi dans son traitement de l’ostéopathie musculo-squelettique, de l’ostéopathie myofasciale et de l’ostéopathie viscérale. Les os et les articulations : En fonction des éléments qui manquent de mobilité et qui sont en tension : le thérapeute va libérer les vertèbres lombaires ainsi que les os du bassin soit le sacrum, le coccyx, les iliaques, et les fémurs (hanches) afin que le support osseux et ligamentaire des organes abdomino-pelviens soit stable pour les soutenir de manière efficace. Or nous savons d’après l’anatomie que les organes sont rattachés aux os par des structures ligamento-fasciales. Le but du travail ostéopathique est donc d'agir sur le soutien osseux, et de rééquilibrer les tensions entre le bassin, les lombaires, et la sphère abdomino-pelvienne. Les muscles : Votre ostéopathe se devra également d’examiner et de normaliser si nécessaire les muscles de la statique et de la dynamique du bassin et des lombaires (muscles posturaux : muscle psoas et piriforme, muscles abdominaux, muscles du plancher pelvien, muscle diaphragme, etc…). De par leurs liens anatomiques avec les organes de la sphère abdomino-pelvienne, ces muscles s’ils sont contractés, peuvent perturber l’équilibre tensionnel au niveau des organes du petit bassin : par exemple, toute tension au niveau du psoas pourra influencer le rein et le caecum (partie du colon droit), et toute tension au niveau des muscles du plancher pelvien entrainera une mise en tension des organes du petit bassin (vessie, utérus, rectum). De plus, comme ces muscles s’attachent sur les os du bassin et les lombaires, ils pourront entraver une mobilité osseuse correcte et donc impacter la souplesse au niveau des organes comme nous l’avons vu précédemment.

Les fascias : Les fascias sont des membranes fibro-élastiques qui enveloppent différentes structures ou organes du corps. Les fascias recouvrent les organes, les muscles, les nerfs, les vaisseaux, etc… Au niveau du bassin et de l’abdomen de la femme, on trouve tout un réseau de fascias et de replis membraneux permettant la protection, la séparation, et la nutrition des organes. Tous les replis et feuillets de ces fascias forment une continuité tissulaire entre les différents organes et structures du bassin de la femme. Nous l’avons dit, dans l’endométriose, les groupements de cellules endométriales qui se développent dans plusieurs endroits provoquent des inflammations et des adhérences. L’ostéopathe va donc traiter les éventuels points de fixations entrainant des restrictions de mobilité de fascias afin de restituer la mobilité et la circulation abdomino-pelvienne.

Les organes : Pour finir, le praticien prendra soin de faire un bilan ostéopathique gynécologique et viscéral abdominal : il effectuera des tests et des corrections tissulaires à ce niveau afin de redonner de la souplesse et de l’élasticité aux enveloppes des organes et à leurs attaches. Par exemple, dans le cas de l’utérus, il faudra détendre les ligaments larges et les ligaments utéro-sacrés afin de récupérer une bonne mobilité de l’utérus par rapport au bassin ainsi qu’une liberté tissulaire de la ceinture pelvienne. Aussi, un travail viscéral abdominal permettra aux éléments du système digestif de retrouver une aisance de mouvement les uns par rapport aux autres, ainsi que par rapport aux supports ostéo-articulaire et myofascial.

Le travail circulatoire de l'ostéopathe dans le traitement de l'endométriose En plus de l’impact mécanique direct sur l’état de tension des organes de la sphère abdomino-pelvienne, l'ostéopathe permet de libérer le passage circulatoire et nerveux : les vaisseaux (artères, veines, vaisseaux lymphatiques) et les nerfs traversent de nombreuses structures afin d’atteindre leurs cibles, ils s’accolent à des os, passent dans des échancrures, entres certains ligaments, muscles; on les trouve beaucoup à l’intérieur des replis membraneux formés par les fascias, le péritoine,... L’artère utérine par exemple, passe le long du muscle obturateur interne, et accompagnée de la veine et des nerfs utérins, elle est contenue ensuite dans le paramètre au niveau des ligaments larges (paramètre = tissu de soutien conjonctif et musculaire contenant le paquet vasculo-nerveux utérin). De ce fait, toute tension au niveau du muscle ou des ligaments pourra entraver le passage de cette artère. Ainsi, le travail ostéopathique des lombaires et du bassin et le relâchement des organes abdomino-pelviens et des fascias permettent de diminuer les contraintes mécaniques susceptibles d’augmenter l’inflammation déjà présente dans l’endométriose. Cela va également optimiser et améliorer la circulation et les échanges liquidiens (sang artériel et veineux, lymphe) afin d’oxygéner les tissus et réduire la stase, mais aussi normaliser l’information nerveuse et éviter toute irritation supplémentaire du système. Les techniques seront variables pour le système musculo-squelettique, en revanche des techniques douces et ciblées seront recommandées au niveau des organes dans le cadre de l’endométriose. Par ce biais, nous pourrons constater une évolution positive des symptômes suivants : troubles digestifs, douleurs lombaires et douleurs du bassin, sensation de jambes lourdes, pesanteurs et douleurs pelviennes, dysménorrhées, dyspareunies. Dans l’endométriose, du tissu endométrial se développe un peu partout provoquant des inflammations et des adhérences. Rappelons que les douleurs pelviennes présentes chez les femmes atteintes de cette maladie sont principalement dues à l’inflammation au niveau des organes du petit bassin et au niveau de la zone colonisée par les cellules endométriales (péritoine, système digestif, etc…). L'ostéopathie, pour un traitement global du traitement de l'endométriose L’action de l’ostéopathe est une action régulatrice, elle a pour but de normaliser et permettre aux différents systèmes du corps humain de s’équilibrer, elle est basée sur le pouvoir d’autorégulation. L'ostéopathie cible plusieurs systèmes : musculo-squelettique et postural, myofascial, viscéral, nerveux et vasculaire, cranio-sacré, neuro-végétatif, … Par son travail sur tout l’axe cranio-sacré, axe central, incluant l’intégralité de la colonne vertébrale, du crâne jusqu’au sacrum (bassin), l’ostéopathie peut avoir un impact positif sur la fatigue chronique ressentie par les patientes souffrant d’endométriose. Par exemple, s’il existe un gros blocage à un ou plusieurs niveaux de cet axe cranio-sacré, cela peut au fur et à mesure du temps, irriter et fatiguer le système globalement et provoquer un déséquilibre pouvant engendrer des douleurs et un état de fatigue. En effet, l’axe cranio-sacré abrite la dure-mère, il est en lien avec le système neurovégétatif (tous les centres neurovégétatifs parasympathiques et orthosympathiques se situent à proximité du crâne, de la colonne vertébrale, ou du bassin), et avec le système hormonal au niveau crânien. Ces systèmes (dure-mère, neurovégétatif, hormonal) sont fortement impliqués dans l’état de fatigue chronique générale. De plus, le relâchement et la libération spécifique du crâne et des cervicales permet de libérer les structures qui s’y trouvent, notamment celles liées au système hormonal, nerveux et neurovégétatif. Votre ostéopathe veillera donc à mobiliser toute la zone crânienne afin d’agir sur l’information hormonale. En effet le crâne abrite le système hypothalamo-hypophysaire, responsable de la sécrétion et de la régulation hormonale, et comme ce crâne possède une certaine malléabilité, la mobilisation à ce niveau-là et la libération des tensions tissulaires normalise également l’information et peut être un atout ainsi qu’un soutient pour ce système qui se doit de fonctionner au mieux dans le cadre de l’endométriose. Ainsi, par le biais de l’ostéopathie, le thérapeute pourra également avoir un impact sur les douleurs musculo-squelettiques et abdomino-pelviennes, les troubles digestifs, la fatigue chronique, mais aussi sur la fertilité de la femme atteinte d’endométriose.


408 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page